Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 18:33

Un dimanche nuageux, ne pas sortir du tout, rester en pyjama toute la journée, profiter tranquillement en lisant ( et en commentant sur Facebook),écouter un peu de musique, faire une bonne sieste, cuisiner avec son chéri...

C'est tout co

Repost 0
Published by uneviepourunevie - dans Etats d'âmes
commenter cet article
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 18:48

Bon, je te préviens ça va bitcher sévère et à la fin j'ai besoin de toi cher lecteur. Faut que tu me donnes ton avis.

Je te plante le décor maintenant. Je viens de recevoir un coup de téléphone de ma tante et marraine et je sais pas quoi en penser. J'aime beauoucp ma tante même si elle a un comportement général qui tend à m'agacer et qu'elle fait des choses qui ne me plaisent pas mais elle était là avec moi quand Gygy m'a dit qu'on allait faire tous ces tests et jusque là elle était d'un relativement bon soutien.

Sauf que là...après un mois et demi sans nouvelles l'une de l'autre, elle me demande comment ça va et je lui fait donc l'énumération de mes soucis de santé.

Thyroide: ouais et alors?

HTA: ça vient sans doute de la thyroide, pas de quoi fouetter un chat, y'a juste des soucis quand tu es enceinte. Et quand je lui ai cité les risques elle m'a dit le truc qui m'a tué.

Tiens-toi bien...

"Ha bha j'ai une collègue qui attend des jumeaux là, elle est trop contente ça faisait deux ans qu'elle essayait"

"Bha tu sais tata, nous on essaie depuis trois ans et demi quand même"

"Oui mais je te parle de fiv et tout ça moi"

J'ai pas su quoi répondre, j'avais déjà les larmes au bord des yeux de voir qu'elle s'en fout de mes soucis de santé. Limite j'ai pas à me plaindre quoi.

Bordel de merde!!! C'est moi qui ait un souci et/ou qui me plaint trop ou bien elle vient juste de me faire comprendre qu'elle s'en fout et que je n'ai aucune raison de me plaindre?

Je vous jure, j'ai envie de pleurer, d'hurler, de prendre le téléphone et de lui dire que me balancer le bonheur de sa collégue dont je me fous complètement est vraiment très mal avenu. Bon, déjà j'ai décidé que je ne lui dirais plus rien du tout. Qu'elle aille se faire voir là! 

Aujourd'hui on fête nos huit ans ensemble avec Chéri et elle m'a bousillé tout mon coeur guimauve. Connasse va! Je sens que ce blog finira par passer en privé pour que je puisse bitcher comme je veux parce que là je sens que c'est que le début.

Repost 0
Published by uneviepourunevie - dans Etats d'âmes
commenter cet article
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 23:52

J'aimerais pouvoir dire comment je me sens, mais je suis bien incapable de le dire. Je ne sais pas si je me sens bien ou pas. Bien sûr, ma vie est toujours la même, j'ai un semblant de vie sociale, je ris avec Chéri, je parle comme avant aux gens. Mais...je ne sais pas comment je sens. Ou alors si...je suis dans le brouillard.

 

C'est comme si je laissais les jours passer les uns après les autres et que je compte les jours jusqu'à mes rendez-vous qui m'en apprendront plus sur mon sort. Je réfléchis même plus à rien, je laisse juste les jours passer sur le calendrier. Pour tuer le temps, j'ai une frénésie de lecture et de cuisine. Je fais tout pour éviter d'y penser. Je regarde à peine les blogs. Je n'y vais pas vraiment, ou alors que sur ceux de celles qui attendent leur tour comme moi. Je m'en veux un peu mais c'est au dessus de mes forces pour le moment et je sais qu'elles me pardonneront sans doute.

 

J'aurais aimé commencer à réfléchir sur une remarque faite par L'orely qui me dit qu'elle ne me sentait de toute façon pas prête à une nouvelle IAC. J'aurais aimé réfléchir sur le sens d'être prête mais j'en suis incapable. Et plus ça vient, plus l'idée d'aller consulter une psy me taraude. Peut-être qu'au final ce serait bien...

 

Pour vous dire, je pleure même pas...j'ai l'impression de ressentir.

 

Ha si...

 

Maintenant je sais une chose, je doute de pouvoir supporter une vie sans avoir porté la vie. Il y a cinq ans je pensais me satisfaire toute ma vie de cette vie à deux mais maintenant je sais que je n'y arriverai pas...Horloge biologique? Je ne sais pas, mais sans doute.

Tout ce que je sais c'est que j'ai hâte de sortir de ce brouillard. J'ai besoin de réponses. Et pas via Doctissimo tu vois?

 

Je compte désormais les jours...Quinze jours avant mon premier rendez-vous...

Repost 0
Published by uneviepourunevie - dans Etats d'âmes
commenter cet article
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 07:31

J'aimerais bien que la semaine prochaine, le gyyg me dise ça. Qu'il constate que le bilan annuel de Dame Thyroide se porte bien et que je puisse faire cette IAC2 ce mois-ci. Parce que je me sens à nouveau prête. Chéri l'est depuis longtemps mais pas moi...Je ne le suis que depuis deux jours. Prête pour une nouvelle IAC ça veut dire quoi?

 

Bha ça veut dire être prête à t'enfoncer des aiguilles dans le bide, être prête à passer environ dix jours à stresser pour que tes follicules mûrissent bien, une dizaine d'autres pour connaître le résultat et savoir si ça a marché, être prête à vouloir coller un coup de pied au gygy quand il te soulève le col. Mais c'est surtout être prête à y croire à nouveau, à se dire que tu vas l'avoir ton petit miracle.

Bha je suis prête. Archi prête même.

 

Après, je sais ce que tu vas me dire lecteur...Oui, je t'ai fait chier pendant des semaines avec mes pleurs, mes doutes, mes angoisses, mon pessimisme quant à Dame Thyroide et t'en as marre. Bha oui, bha c'est comme ça!

 

Je m'apprête donc à aller faire ma prise de sang pour savoir si au niveau hormonal tout va bien mais j'ai espoir. Jusque là, ma thyroide n'a jamais fait des siennes à ce niveau là. Du côté de l'écho, le radiologue même s'il n'est pas spécialiste ne voit pas en quoi les nodules gêneraient une grossesse ou mes IAC si le bilan sanguin est bon. Il m'a même dit que tant que je ne fais pas de tachycardie, que je ne dors pas 18h par jour, que je ne suis pas esssoufflée en montant des escaliers, que ça ne me gêne pas esthétiquement et à la dégultition, et que ce n'est ps inflammé, il ne voyait pas l'utilité de faire une thyroidectomie totale pour le moment. J'ai failli lui dire je t'aime mais je me suis contentée de lui montrer mes seins.Je te rassure je suis pas une nympho qui rêve de copuler sur une table d'examen, ma robe a juste glissé et il a du voir mes seins l'espace de deux secondes...

 

J'espère que j'en serais bonne que pour du Levothyrox parce qu'en comparant les deux échos à deux ans d'intervalle (Oui, je pensais pas mais ma dernière écho date de deux ans...je n'en ai pas fait l'année dernière alors que je pensais que si...Comme quoi j'étais vraiment obnbilée par ce projet bébé) je trouve que ça n'a pas tant grossi que ça et j'ai même réussi à perdre du poids...

 

J'espère donc pouvoir apporter les résultats au gygy pour qu'il me prescrive le Puregon pour cette nouvelle IAC comme prévu ce mois-ci puisque je suis à J18 et que la dernière fois j'ai eu mes régles à J33.Puisses Sainte Amy m'entendre...

Repost 0
Published by uneviepourunevie - dans Etats d'âmes
commenter cet article
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 19:12

Là ca vire vraiment l'obsession...L'envie d'être maman me transforme en grosse connasse ( un peu plus que d'habitude parce que beaucoup vous le diront, je suis une connasse de naissance) obsédée, jalouse, aigrie, psychotique.

 

Je pourrais vous parler des deux rêves que j'ai fait quand je vous ai laissés avec Gargamel mais...Si, allez je vais le faire. Alors le premier rêve avait pour thème: la peur de la fausse-couche. J'ai donc rêvé que je faisais mes petites affaires aux toilettes chez ma maman et qu'en m'essuyant avec le papier WC ( j'aurais pu dire PQ et je l'ai pas fait t'as vu? Bon, ok j'ai fini par le faire, j'avoue) il y avait plein de sang et la très jolie forme d'un foetus bien proportionné mais à échelle super réduite. Jusque là, bon...tu te dis que j'ai juste peur de faire une fausse-couche.

 

Mais quelques jours plus tard, je rêvais encore sur le même thème. Cette fois-ci, ma mère m'appellait parce qu'elle avait mon neveu à garder. Mais ce neveu n'existait pas. Le fruit de mon frère et de la belle-soeur maléfique n'existe pas. Et, pour bien enfoncer le clou, ils l'avaient appelé Benjamin. Le prénom que j'aurais vraiment aimé donner à Bébé si cela avait été un p'tit mec, mais comme Chéri a posé son veto, Bébé ne s'appellera pas Benjamin. J'aurais donc dit, avant ce coup de téléphone à ma mère que si Benjamin pleurait elle n'avait qu'à lui donner de la mie de pain....Sauf que le gosse avait genre dans les trois mois...Signification du rêve: j'ai peur que la BSM (Belle-soeur maléfique) en reponde un avant que je n'ai réussi à le faire moi-même, et je veux clairement tuer ce bébé.

 

Je ne suis pas folle vous savez!

 

Non sérieux...J'en avais pas refait depuis des rêves de cet acabit là. Mais force est de constater que ce désir d'enfant devient obsessionel et problématique.

 

Même si j'étais pas sérieuse hier quand j'en ai parlé avec Chéri, et qu'on a un peu parlé de mon mal-être de pas être encore enceinte, je lui ai quand même proposé de kidnapper le premier bébé prochainement né dans notre entourage.

 

Et pour bien enfoncer le clou, j'ai refait un rêve tordu cette nuit. Tout ce dont je me souviens, c'est que j'accouchais et je sortais de la maternité dix heures plus tard. Mais pas seule avec le bébé non. Ni avec Chéri. Je sortais de la maternité avec mon beau-frère et ma belle-soeur. Et on était heureux en disant que c'était notre bébé à tous les trois. On parlait même d'acheter une maison tous ensemble pour éléver cet enfant. Je sais bien qu'ils ont mis aussi quatre ans à avoir leur fils que j'adore, mais rien ne justifie qu'ils soient dans mon rêve puisqu'ils ne savent rien de nos difficultés à être parents. Et que depuis deux ans, notre beau-frère ne nous dit plus que c'est notre tour, sans doute parce que ma belle-soeur a compris et que par respect pour nous préfère ne rien dire.

 

Bien entendu, je ne pouvais pas passer ces rêves sous silence et j'ai appelé Gargamel. Et le verdict de ma private psy est tombé: je fais vraiment une obsession.

 

-------------------------------------------------------------

 

J'ai commencé à écrire cet article il y a deux jours et j'ai du m'arrêter faute de temps. Avec deux jours de recul, je peux vous dire que j'ai effectivement commencé à faire barrage à cette obsession. Bien sûr on parle avec Chéri de ce que sera notre vie avec Bébé mais ça ne me fait pas mal au coeur. Je me projette. Comme avant. Ce qui est selon moi positif.

 

Après j'ai décidé de prendre plus de temps pour moi. Je me suis rendue compte que je n'avais plus une image postive de moi-même et j'ai décidé qu'il fallait que ça cesse alors je m'octroie du temps pour me bichonner et ça me fait du bien. J'ai même décidé que j'allais retourner à la piscine.

 

Et surtout, je me suis donné un sacré coup de pied au cul. Je suis dans la phase: les femmes enceintes me font ni chaud ni froid. J'en ai croisé quelques unes et je n'ai pas eu envie de les égorger direct, bien sûr je les envie toujours mais j'ai repris espoir. Un jour ce sera moi!

On a croisé avec Chéri une amie qui a eu recours à la PMA il y a une dizaine d'années et on a parlé d'où j'en étais et parler avec elle m'a fait du bien. Elle m'a donné plein de conseils mais le principal c'est: Prends du temps pour toi. Pour t'en remettre. Pour mettre toutes les chances de ton côté pour une grossesse. Ce sera peut-être long mais tu l'auras ton bébé. A savoir que C. a mis sept ans à avoir son fils, qu'elle est passée par 4 IAC et la FIV a marché la première fois; alors que son bilan ne démontrait aucun frein à une grossesse.

 

Donc, voilà, je vais mieux dans ma tête. J'ai l'impression d'être redevenue la battante que j'ai toujours été au cours de ma vie et ça me fait du bien de me retrouver, de me reconnaître.

Je ne sais pas si je vais pouvoir faire la seconde IAC fin juin mais je m'y prépare mentalement. Pourtant, je doute qu'elle ait lieu. Pas seulement à cause de la thyroide, mais parce que mon problème d'hypertension se confirme. Les cépahlées ne m'ont pas quittées de la semaine, et je veux régler ce problème avant d'entamer une grossesse.

 

J'en suis donc là: je vais régler ces problèmes qui peuvent être problématiques au cours d'une grossesse et après rien ne devrait m'empêcher de tomber enceinte. Après tout, on attends depuis 3 ans et demi. Quelques mois de plus si c'est pour une grossesse sereine et sans risque, ça vaut le coup d'attendre encore quelques mois!

Repost 0
Published by uneviepourunevie - dans Etats d'âmes
commenter cet article
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 08:31

C'était pas du tout l'article que je voulais écrire. Je voulais arrêter de me lamenter sur mon sort et continuer à te faire rire, cher lecteur. Mais je n'ai pas le coeur à rire. Quand je te dis que j'ai perdu de ma légèreté...

 

Bref, j'ai appris la grossesse d'une énième blogueuse et j'ai lu son annonce en me sentant totalement anesthésiée. Je suis incapable de dire que je ressens de la joie pour elle. Je ne sais pas...Mais le positif c'est que je ne l'ai pas insultée. Je me suis juste dit que certaines ont de la chance. Il leur suffit de lâcher prise pour que ça marche...On a lâché prise pendant deux ans nous...DEUX ANS!

Pour se retrouver dans cette situation: mon ventre est toujours vide, pas forcément plat avec toutes les conneries que je m'envoie pour compenser et je me sens toujours aussi mal.

 

Pourtant, j'ai pas pleuré depuis cinq jours. Ouais cinq jours sans pleurer, ni avoir envie de pleurer. Ca m'était pas arrivé depuis des lustres. Mais là, en pensant à toutes ces blogueuses enceintes, bien que je me réjouisse pour elles et qu'elles l'ont mérité, je peux pas m'empêcher de me dire que je serais encore la dernière du lot à l'être. Si je le suis un jour...

 

Et là me revient une chanson de Placebo qui dit ceci: You're always ahead of the game, i drag behind. Et c'est ce dont j'ai l'impression. Quoi que je fasse, je suis toujours à la traîne. Et j'en ai marre de jouer à ce jeu. Moi aussi, je veux être prem's à quelque chose. Au moins une fois dans ma vie quoi...

 

Et le plus dur dans tout ça, tu veux savoir ce que c'est? C'est que normalement je dois refaire ma prochaine iac en juin et que je sais même pas si ça va pouvoir se faire à cause de cette thyroide merdique. Et du coup, j'arrive même pas à me projeter dans cet essai. Je me sens en suspens. J'arrive plus à planifier quoi que ce soit. Ni vacances, ni concerts, ni week-ends, ni rien du tout. J'attends....Voilà ce que je fais: j'attends.

 

Et j'ai horreur de ça!!! Putain qu'est ce que j'aime pas ça attendre. Donc en attendant, je t'annonce que je vais aller m'enfiler un verre de coca. Pas du zéro hein, non le truc bien sucré, calorique, et avec de la caféine et tout; et que tout à l'heure je risque d'aller m'acheter une bonne tablette de chocolat ou même m'acheter un petit sachet de pralines Leonidas pour fêter ça.Et promis je reviens plus tard le coeur un peu plus léger et je finirais mes aventures avec dieu Sécu.

Repost 0
Published by uneviepourunevie - dans Etats d'âmes
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 14:27

http://storage.canalblog.com/02/72/955435/72534948.jpg

Rassure-toi lecteur, je ne vais pas te parler du Président. Je ne vais pas te parler non plus de changement à Châtelet, je vais te parler du changement qu'a eu la PMA sur moi.

 

Depuis quelques semaines, je fais le bilan de l'entrée de cette épreuve digne de Kho-Lanta dans ma vie. Dans ma vie de femme, dans ma vie de couple, dans ma vie sociale.

Et je dois avouer, après confirmation de Gargamel, que je ne suis plus la même. Bien sûr dans un certain sens je ne suis pas passée de grande gueule à effacée ou de bordélique à archi-maniaque, faut pas déconner! Mais la PMA m'a changé et je vais t'expliquer comment.

 

Avant, j'étais quelqu'un qui ne pleurait pas facilement, au point où je me qualifiais moi-même d'insensible. Ça me faisait même halluciner quand j'entendais des gens qui disaient avoir pleuré pendant le dernier épisode de Lost. Je gardais toute émotion pour moi sûrement...Parce que maintenant je suis une vraie serpillière. Je suis même passée au stade hyper-émotive. Je pleure tout le temps pour un rien. J'ai commencé à pleurer en octobre dernier. J'étais déjà mal dans ma peau depuis trois mois mais cette nuit-là j'ai lâché des années de pleurs. Je me rappelle que j'étais dans le lit, chéri dormait profondément et je me suis mise à pleurer à chaudes larmes. Des pleurs qui n'en finissaient pas, me coupant la respiration, des sanglots qui m'ont fait trembler, un sentiment profond d'être esseulée. Chéri a le sommeil trop profond et n'a rien entendu et je ne lui ai jamais rien dit...La honte peut-être. Mais depuis ce jour, je pense qu'il n'y a pas une semaine qui passe sans que je ne pleure. Sur mon sort, pour un livre, en regardant un film ou un reportage, pour rien...

 

Avant, je pensais beaucoup à ce qu'on pensait de moi. Je voulais qu'on ait une image positive de moi. J'avais besoin qu'on m'approuve. Maintenant...je m'en fiche...J'ai perdu pas mal de gens autour de moi. J'ai fait un vide presque total et je pense que c'est mieux comme ça. Parce que je me rend compte maintenant que si ces gens m'apprécient vraiment, ils seraient restés, ils auraient été là pour moi peu importe ce qu'il se passe. Je n'ai plus besoin d'avoir plein de gens autour de moi, j'ai seulement besoin d'avoir des personnes de qualité.

 

Avant, j'essayais toujours de faire plaisir aux gens. J'étais généreuse. En temps, en argent, en amour...Maintenant tout ce temps, tout cet amour j'ai décidé de le garder. Égoïstement, je ne veux plus donner de moi-même. Pas seulement parce que je veux recevoir en retour. Mais parce que mon énergie, ma force j'ai réalisé qu'il me la fallait pour moi. J'ai besoin de force pour surmonter tout ça. La PMA, bien que j'en sois au début du parcours, m'a marqué et je sais qu'elle me prend beaucoup et me prendra encore beaucoup. Alors, je garde égoïstement tout ça, je l'emmagasine et je ne la distribue qu'à notre combat pour devenir parent.

 

Avant, j'arrivais à gérer la grossesse des autres. La vue des femmes enceintes dans la rue me faisait simplement penser que bientôt ce serait mon tour. Maintenant, quand j'apprends la grossesse de quelqu'un ( que je connais ou pas, une célébrité ou une anonyme) je crie: "Connasssssssssssssse". Quand je vois une femme enceinte, soit je l'insulte intérieurement ou je le dis à Chéri, ou bien j'ai envie de lui crever le ventre. Je sais que c'est violent ce que je dis, mais j'ai tellement mal de pas y arriver que j'y pense l'espace de quelques secondes.

 

Avant, j'appréciais de voir mes neveux et nièces. J'aimais qu'on me parle des enfants. Maintenant, j'ai envie qu'on ne parle que de moi. Je suis jalouse de l'attention qu'on leur porte. Quand ma grand-mère me contait les progrès de ma nièce la semaine dernière, je lui ai demandé qu'on change de sujet...Carrément oui...Pourtant ma grand-mère ne sait rien de mon parcours. Mais je suis souvent contente quand chéri me dit qu'il a vu notre fripouille de neveu. J'ai beau adorer ce gosse, je suis contente de me dire que je ne l'ai pas vu parce que ça m'aurait peut-être brisé le coeur.

Ça me fait mal parce que je vois nos parents vieillir, nos neveux grandir. Ils profitent de leurs grands-parents, les grands-parents profitent de leurs petits-enfants et nous on est écarté de tout ça. Comme si on était absolument rien, comme si on ne servait à rien. Nos enfants n'auront jamais la chance de faire tout ce que nos neveux font avec leurs grands-parents et ça me brise le coeur.

 

Avant, j'étais insouciante. Maintenant je me sens empreint d'une gravité.

 

Avant, j'étais heureuse....Mais ça c'était avant...

Repost 0
Published by uneviepourunevie - dans Etats d'âmes
commenter cet article
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 10:46

Comme promis et puisque je sais pertinemment que je vous ai manqué, me revoilà de retour. Je vois que Gargamel s'est bien occuppée de vous, et que vous avez apprécié qu'elle vous livre rapidement sa petite histoire. Voir cette histoire écrite est étrange pour moi, et je me rappelle que je n'aie pas été assez là pour elle quand elle en a eu besoin, alors qu'elle l'est toujours pour moi. Mais comme je le disais, je pense vraiment qu'il faut être passé par là pour comprendre et être efficace. Bien sûr, j'étais toujours la premire au courant de sa ponction, des résultats etc mais je sais que je n'ai pas été assez là. Heureusement que Gargamel ne m'en veut pas...

 

Avant de faire le bilan de cette semaine passée et de recommencer à bloguer comme une folle, je tiens à féliciter une PMETTE récompensée de son attente à qui je souhaite une vie à trois pleine de joie.

Marion, on ne se connaît qu'à travers de commentaires ici et ailleurs mais je suis heureuse pour toi. Sincèrement. J'espère pouvoir suivre ta grossesse et je suivrais toutes les vôtres avec autant de plaisir mes chères lectrices.

 

Ensuite, oui...je pourrais aller féliciter Sophie sur son blog et je le ferais mais je vais quand même le faire ici aussi. Et puis d'abord c'est mon blog alors je fais qu'est ce que je veux!

Félicitations pour tes fiançailles. Je vous souhaite qu'elles durent le moins de temps possible ;)

 

Maintenant que tout ceci est fait, laissez-moi vous parler de cette semaine passée loin de vous.

 

Je ne vais pas vous parler de ce que j'ai fait et n'ai pas fait. Oh et puis si...j'ai énormément lu et j'ai essayé de me poser le plus possible, même si ce fut parfois assez difficile. J'ai eu l'immense chance de me voir clouée au lit et aux toilettes pendant trois jours après avoir chopé une intox alimentaire du tonnerre, et j'ai eu la chance de commencer un livre qui a eu un effet bénéfique sur moi. J'ai donc réalisé énormément de choses dont je vous parlerai demain dans un billet spécial.

 

J'ai passé quatre jours sans réussir à me concentrer sur moi. Je ne me suis donc pas entièrement ressourcée comme je l'aurais voulu.D'autant plus que j'avais prévu plein de choses qui sont tombées à l'eau puisqu'il n'a pas arrêté de pleuvoir. C'est comme si j'avais verrouillé mon esprit pour ne pas me faire du mal. Mais dans mon inconscient ça a travaillé cher lecteur! Je te raconterais demain les deux cauchemars que j'ai fait et qui sont significatifs de pas mal de choses.

 

Et le temps passé au lit m'a enfin permis de me poser et ça m'a fait du bien. Il y a eu aussi une lecture, celle dont je te promets de te parler.

 

Donc me voilà, de retour chez moi après une nuit de sommeil bien méritée, et je peux vous annoncer que je suis prête à retenter l'expérience de l'IAC. Bien sûr il faut déjà que mes règles se pointent une première fois, ce qui ne tardera pas je l'espère, et d'attendre le cycle suivant pour recommencer. Mais je suis prête. Si prête que j'étais à deux doigts d'acheter ce body trop mignon chez H&M et que je ne l'ai pas fait seulement pour ne pas me porter la poisse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by uneviepourunevie - dans Etats d'âmes
commenter cet article
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 13:24

Comme promis sur ma page Hellocoton, il est temps que je commence à te dévoiler un peu plus de moi cher lecteur. Non, je vais pas te parler de mon problème actuel de démangeaison capillaire, ni du fait que ce soir ça sent le défrichage complet  parce que pour ça j'ai ma soeur à qui le dire. Je vais bitcher et donc te parler d'un des problèmes de conscience que j'ai depuis quelques mois: le prénom qu'on a choisi si on a une petite fille.

 

Je ne te le dévoilerais pas et si tu veux t'amuser à le deviner, tu peux. Mais je vais te dire en quoi c'est devenu pour moi un problème de conscience. Ce prénom que j'adore depuis l'enfance et que Chéri a validé ( alors qu'on est hypra difficiles en matière de prénoms) est celui de ma maléfique belle-soeur ( enfin pas orthographiquement parlant réellement mais je ne peux pas t'en dire plus sinon ce serait trop facile) et celui d'une personne que je pensais être mon amie et qui n'était en fait qu'une " copine" qui a fini par me dire la chose qu'il vaut mieux éviter de dire pour plus tard me dire qu'elle ne regrettait pas.

 

Je vais te parler de ces deux personnes pour que tu comprennes mon dilemme.

 

Soyons fous et commençons par la deuxième...Depuis quelques mois nos relations s'étiolaient et m'étant éloignée de pas mal de monde au moment où j'ai compris que je n'aurais jamais de bébé naturellement, j'ai pensé qu'en lui disant à quel point je me sentais mal, nos relations allaient s'améliorer...Et bien non...ce n'en fut que pire...bien que d'autres choses se soient greffés à ce problème relationnel entre nous, jamais je n'aurais pensé qu'elle en vienne à me dire: "J'espère que tu n'auras jamais d'enfant. Ton hypothétique enfant ne mérite pas ça".

Je t'avoue que sur le coup, je n'ai pas su si je devais rire ou pleurer...Je n'ai fait ni l'un, ni l'autre. Bien trop secouée par la violence de ces mots qui m'ont hanté pendant quelques mois, j'ai fini par lui dire un jour qu'elle aurait tout de même pu s'excuser. Ce à quoi elle a répondu qu'elle s'en moquait et qu'elle l'avait juste dit pour que je lui fiche la paix. Elle ne regrette pas ce qu'elle a dit, bien qu'elle prétende ne pas le penser.

 

On ne va pas s'appesantir sur elle pour le moment et on va passer à ma malefique belle-soeur.

 

Bien sûr, elle n'a pas de pouvoir magiques, ni n'est laide ou tout ce qu'on peut imaginer en me lisant mais ça n'enlève rien au fait qu'elle est maléfique. Pourtant, elle aurait pu être une personne altruiste, compréhensive et adorable avec tout ce qu'elle a vécu. Elle n'a pas eu la vie facile, et je reconnais qu'elle a été courageuse mais rien à faire je ne peux pas m'empêcher de me dire qu'elle est maléfique.

Lorsque je lui ai dit qu'on essayait d'avoir un bébé et que ça ne marchait pas, j'ai voulu créer ce lien qui avait commencé à se tisser malgré tout, et j'ai pensé qu'elle serait une épaule sur laquelle m'épancher. Et c'est là que je me suis fourrée le doigt dans l'oeil. Parce que Madame n'en a rien à carrer de mes problèmes puisque je me demande si elle a écouté ce que je lui ai dit. Alors que je lui ai dit que j'avais des problèmes d'aménorrhée et d'anovulation, elle a balancé l'été dernier à ma mère qu'elle n'allait tout de même pas/plus me demander chaque mois si j'étais enceinte.

Sans me le dire en face, elle a bien évidemment reproché à ma mère de ne pas avoir été mise au courant de ma coelio. Chose que je ne voulais pas faire puisque j'avais compris qu'elle s'en foutait, trop préoccupée par sa propre personne, ses enfants, mon frère et le fric qu'elle peut économiser(fric qu'elle a économisé à Noël dernier en ne nous offrant absolument rien mais cela est une toute autre histoire).

 

Mon problème s'avère donc, tu le comprendras, épineux. Si nous optons pour ce prénom, j'ai peur que notre fille soit immature, de mauvaise foi, méchante gratuitement, égocentrique, mal élevée et égoïste.

Bien sûr je pourrais aussi arrêter de penser que toutes les personnes portant le même prénom se ressemblent mais je n'y arrive pas...Et vous, vous feriez quoi? Est-ce que vous avez été ou êtes confrontés à un problème similaire?

 

 

Repost 0
Published by uneviepourunevie - dans Etats d'âmes
commenter cet article
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 08:01

Quatre jours et ça passe pas..Quatre jours depuis que j'ai constaté que c'était le massacre dans ma culotte. Et je pleure toujours...j'arrive pas à passer le cap. Et pourtant ça m'avait jamais fait ça pendant ces trois ans d'essai naturels, j'étais déçue oui, ça m'arrivait de pleurer mais je rebondissais toujours vite...Tandis que là...

 

J'ai beau savoir que je ne suis qu'au début de mon parcours PMA, qu'il y a encore pléthores de solutions, j'arrive pas à arrêter de pleurer et à me projeter dans cette nouvelle tentative. L'ambiance à la maison est pas joyeuse. Chéri a beau être en vacances, j'ai qu'une envie c'est qu'il reparte bosser. Simplement pour que je n'aie pas à me cacher parce que je pleure. Il sait que ça m'a blessé, et lui aussi est sans doute triste mais mine de rien une femme le prend plus mal qu'un homme. Un homme il intériorise et il relativise. Et y'a les mots tabous aussi maintenant. Pour le moment je veux plus entendre ces mots là, je veux plus les prononcer, ni les penser. C'est trop dur...

 

Bien sûr, d'autres ont plus de raison que moi de pleurer. Celles qui en sont plus loin, celles pour qui maintenant les solutions sont moins nombreuses, mais est ce qu'il y a une échelle de celles qui ont plus de raison que moi de pleurer? Peut-être...mais tu sais quoi lecteur? Je m'en fous. Là je m'en fous...je veux rester dans ma bulle et hair tout et tout le monde. Hair celles qui sur facebook mettent les photos de leur gosse en disant une heure plus tard que c'est trop dur parce que bébé ne fait pas ses nuits. Putain mais connasse, de quoi tu te plains?

Hair cette cousine que je ne connais pas qui a des gosses comme une poule pond ses oeufs.

J'en ai même détesté mes nièces chéries y'a deux jours, raccrochant précipitamment avec ma soeur parce que je les entendais. Et pourtant je les aime mes nièces. Mais là, je pouvais pas...

 

Mais celle que je déteste le plus c'est moi. Depuis des années j'ai mes règles occasionellement. Mon corps fait ce qu'il veut, c'est l'anarchie là dedans. Et là, il suffit qu'on le pousse un peu pour qu'il se décide à marcher au pas.

Je n'ovule jamais en temps normal...Pas grave! Avec juste 50ui de Puregon pendant quatre jours, il produit un follicule de 20mm à J8...

J'ai mes règles quand ça lui chante, parfois pendant plusieurs mois..Pas grave! Là elles sont arrivées 11 jours après l'insémination...

Putain mais merde quoi!!! Qu'est ce que j'ai fait à mon corps pour qu'il me déteste autant?

 

Bon je t'ai menti lecteur, je hais aussi Gygy...Il a pas vérifié que mon endomètre se soit épaissi avant de faire l'IAC, alors qu'il avait dit qu'il était faiblard trois jours avant. Il m'a pas laissé dix minutes en position gynécologique non plus...Et surtout quand j'ai appelé pour savoir si on faisait quand même une PDS de contrôle il a dit que ça marchait pas à tous les coups...

 

Donc voilà....quatre jours et la pilule a toujours du mal à passer...et je m'en vais retourner pleurer.

Repost 0
Published by uneviepourunevie - dans Etats d'âmes
commenter cet article

Présentation

Profil

  • uneviepourunevie
  • Jeune femme (mais si je suis jeune!) de 31 ans qui a vu sa vie chamboulée par la PMA. Moi qui disait il y a trois ans " j'irais pas jusque là, j'aurais un enfant naturellement ou alors j'adopterai."
Mais bien sûr!!!! Et la marmotte hein??!
  • Jeune femme (mais si je suis jeune!) de 31 ans qui a vu sa vie chamboulée par la PMA. Moi qui disait il y a trois ans " j'irais pas jusque là, j'aurais un enfant naturellement ou alors j'adopterai." Mais bien sûr!!!! Et la marmotte hein??!

Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez norah sur Hellocoton

Recherche

Catégories